Commission matériaux et grands instruments

Bureau

Président :
Baptiste Girault

Animateurs :
Guillaume Geandier,
David Gloaguen,
Jean-Paul Itié

Le 19 avril 2012, la réunion fondatrice de la Commission Matériaux et Grands Instruments s’est tenue à la Maison de la Chimie, en présence de 14 personnes, représentant les instituts gérant les grands instruments tels que l’ILL (Institut Laue-Langevin), l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility), SOLEIL (Source Optimisée de Lumière d’Énergie Intermédiaire du LURE), le LLB (Laboratoire Léon Brillouin) et des utilisateurs potentiels ou confirmés : industriels (Renault, Cetim) et académiques (utilisateurs des grands instruments, formant à la recherche par le biais de thèses).

Cette commission a pour ambition première de fédérer la communauté française œuvrant sur grands instruments (neutron, synchrotron et XFEL) au sens large et de structurer les échanges sous forme de réunions thématiques, de conférences régulières, etc… dans le but de permettre l’amélioration des outils de caractérisation, de promouvoir des avancées scientifiques majeures et de développer des technologies innovantes au travers de collaborations.

Cette commission se veut donc le lieu privilégié d’échanges sur des problématiques très diverses faisant appel à l’utilisation des grands instruments.

Activités

Pas d'événements

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Activités passées

contexte et objectifs

Contexte

Les avancées de rupture en science des matériaux s’appuient sur toutes les propriétés de la matière. Qu’il s’agisse des propriétés optiques, électriques, magnétiques, mécaniques…, les caractéristiques réelles des matériaux sont étroitement liées non seulement à l’organisation des atomes à l’échelle de l’Angström, leur dynamique et leurs interactions, mais aussi à la microstructure à l’échelle mésoscopique.

Au sein des techniques de caractérisation des matériaux, les rayons X et les neutrons constituent deux sondes privilégiées et complémentaires pour analyser ces différents aspects.

La qualité exceptionnelle des sources rencontrées sur grands instruments (haute brillance, large gamme spectrale, polarisation, source pulsée) offre en outre une capacité d’investigation de phénomènes en matière de résolutions temporelle ou spatiale inaccessibles par des moyens conventionnels. Les mesures in situ, operando ou encore in vivo que ces grands instruments proposent sont en constant développement autorisant l’étude d’une diversité de phénomènes de plus en plus variés au sein de la matière sous sollicitation, et ce sur chaque type de matériau. Les progrès réalisés sur ces sources (synchrotron, neutron ou encore lasers à électrons libres) permettent d’accéder à des tailles de sonde de plus en plus petites, caractérisées en particulier par une cohérence et une brillance très fortement accrues, élargissant d’autant plus le champ des possibilités.

objectifs

Dans ce contexte, cette commission ambitionne le développement d’un réseau à fort potentiel en tant que lieu privilégié d’échanges pour le développement d’avancées scientifiques majeures et l’amélioration des outils de caractérisation sur grands instruments autour de problématiques industrielles et scientifiques prégnantes.

Elle vise notamment à nouer un dialogue entre la communauté des grands instruments et celle des utilisateurs (expérimentés ou potentiels) permettant ainsi non seulement d’identifier les besoins mais aussi de faire connaître la variété des techniques expérimentales existantes, leur complémentarité et le potentiel des équipements et des outils analytiques propres aux grands instruments.
Cette commission cherche ainsi à mettre en avant les possibilités offertes par les grands instruments au service de la communauté de la science des matériaux en exposant la pluralité des domaines et les applications industrielles concernées, via la présentation de travaux novateurs ou d’études représentatives du potentiel de ces infrastructures lors de congrès ou de réunions tout en mettant en exergue les défis scientifiques liés à l’utilisation des rayons X ou des neutrons et leurs interconnexions.

fonctionnement

Objet

La commission thématique « Matériaux et Grands Instruments » s’organise autour d’un bureau restreint composé de quelques membres en charge des actions de la commission, ouvert à toute personne intéressée, et d’une liste de diffusion informative dont l’inscription est gratuite.

Thème

Cette commission s’adresse donc autant aux chercheurs qu’aux ingénieurs, issus de milieux académique ou industriel, désireux d’échanger sur les problématiques auxquelles ils sont confrontés et sur les méthodes avancées actuellement ou prochainement disponibles, et ce dans une pléthore de domaines scientifiques (physique, chimie, sciences des matériaux, sciences du vivant, en sciences de la terre et de l’atmosphère) et industriels (aéronautique, automobile, armement, agroalimentaire, archéologie, paléontologie, patrimoine culturel, médecine, biologie, pharmacie, énergie, environnement, nucléaire, métallurgie, sciences de l’information, nanotechnologie, micromécanique et la microélectronique …).

La commission participe activement à l’organisation de colloques et de congrès associés à l’utilisation des grands instruments dont les thèmes correspondent à des sujets sur lesquels la communauté souhaite échanger. Elle vise aussi à mettre en place des réunions thématiques sur des problématiques spécifiques.