PRIX ARCELORMITTAL PIERRE VAYSSIERE

Le prix ArcelorMittal Pierre Vayssière, fondé par l’IRSID en 1984, et soutenu désormais par ArcelorMittal, est attribué chaque année à un étudiant ou un élève d’école d’ingénieur ayant effectué un stage dans un laboratoire industriel ou universitaire. Le jury se prononce au vu du rapport de stage ou du mémoire soumis par le candidat.

CO-LAUREAT 2019

Pierre GEORGES

Né le 29 décembre 1995 à Metz, France.

Ingénieur en génie mécanique. Fondateur de la start-up CREA Prototypes : conception de prototypes, maquettes fonctionnelles et autres créations techniques ou non à base de pièces LEGO® & impression 3D & structure bois, à Laquenexy près de Metz, Moselle, France.

Passions

Ma passion pour la conception de modèles LEGO® Technic a guidé tant mon choix de formation que la création de mon métier actuel. Le croisement avec une autre de mes passions, la montagne en général et le transport par câble en particulier, a produit – entre autres – le fil rouge de ma « carrière » de MOCeur (concepteur de modèles LEGO®) : la première télécabine débrayable automatique au monde, dont le développement débuté en 2011 continue encore aujourd’hui sous la forme d’un télésiège. Huit ans, quelque 1500h de travail, 32 versions ont permis d’atteindre un très bon niveau de fiabilité.

Formation

J’ai intégré l’ENIM (École Nationale d’Ingénieurs de Metz, en génie mécanique et productique) à la sortie du lycée. À trois années de tronc commun ont succédé une année à 20% de spécialisation en conception/innovation et une année à 80% de spécialisation en innovation/entrepreneuriat.
Distinctions : major de promotion en 3e et 4e années + trophée d’excellence pour mon parcours.

Expérience

Deux stages et un projet de fin d’études de 20 semaines chacun m’ont forgé un début d’expérience professionnelle. J’ai eu la chance de travailler dans des secteurs et métiers variés.
Mon stage de 2ème année a eu lieu à l’usine de fabrication de colonnes et crémaillères de direction de ThyssenKrupp Presta France à Florange, Moselle, en organisation & logistique.
En septembre 2016, pour mon stage de 4ème année, j’ai rejoint POMA Annecy (Haute-Savoie, France). Ma mission principale portait sur l’optimisation des kits de maintenance des télésièges fixes Skirail. Ce stage a été très enrichissant, tant techniquement que sur les plans sportif et humain.
En janvier 2018, j’ai eu l’opportunité de présenter ma télécabine débrayable durant l’exposition organisée par mon groupe de travail de 5e année sur le thème de l’innovation frugale. Je souhaitais montrer que les pièces LEGO® pouvaient servir de matériau de base de prototypes fonctionnels, de conception rapide, de bonne qualité, très vendeurs, à coût réduit et à faible empreinte écologique.
Gérard GRIFFAY, d’ArcelorMittal Maizières Research S.A., a perçu l’intérêt de cette démarche pour un projet de conception d’un dispositif de manutention. C’est donc à Maizières-lès-Metz, Moselle, France que s’est déroulé mon projet de fin d’études. Le succès du prototypage et de la maquette qui en a découlé ont mené, grâce aux conseils de nombreuses personnes d’ArcelorMittal, à la création de mon entreprise CREA Prototypes.
J’ai participé à de nombreux événements pour me faire connaître, notamment au Festival International du Film Industriel (mars 2019 – Prix du jury catégorie TPE/PME) et au festival Makerland (juin 2019). Un site web est en ligne et des pages sur divers réseaux sociaux sont en cours de développement.
Durant l’été 2019, j’ai réalisé pour l’Andra une maquette fonctionnelle du funiculaire de transport des déchets nucléaires, visible à l’espace technologique sur le site de Bure (Meuse/Haute Marne, France).
Je poursuis en parallèle le développement de mon télésiège débrayable, dans l’optique d’en faire un produit destiné aux constructeurs de remontées mécaniques ainsi qu’une vitrine de mon savoir-faire.

CO-LAUREATE 2019

Nargisse KHIARA

Formation:

  • Depuis octobre 2018 : Thèse en cours au CEA Saclay et à l’Université Grenoble-Alpes
  • 2017-2018 : Master de recherche « Science des Matériaux et Nano-Objets », Sorbonne Université
  • 2014-2018 : Diplôme d’Ingénieur de l’Ecole des Ponts ParisTech
  • 2012-2014 :Classes préparatoires aux grandes écoles (MPSI/MP*), Lycée Montaigne, Bordeaux

Lors de mes études à l’École nationale des ponts et chaussées et après avoir réalisé un premier stage de recherche en Allemagne à l’Université RWTH portant sur le comportement mécanique en cisaillement de structures en béton, j’ai choisi de me diriger vers le département de Génie Mécanique et Matériaux. Les différents cours et projets que j’ai suivis au sein de ce département, ainsi que le stage réalisé en deuxième année d’école d’ingénieur à ArcelorMittal Montataire, portant sur la modélisation du comportement mécanique de structures composites de type « sandwich », ont conforté et accru mon intérêt pour le domaine de matériaux.

De par une volonté de comprendre en profondeur ce qui se passe au cœur des matériaux ainsi que dans le but d’avoir une vision plus large du vaste domaine qu’est le domaine des matériaux, j’ai décidé de compléter mon cursus d’ingénieur par un Master de recherche en physique du solide à Sorbonne Université intitulé « Science des Matériaux et Nano-Objets ». Ce Master m’a permis de m’ouvrir aux propriétés optiques, électroniques et magnétiques des matériaux, mais aussi de me familiariser avec des techniques de pointe d’analyse de leurs propriétés. Pour mon stage de fin d’étude, j’ai opté pour un sujet qui regroupe les différents aspects de mon cursus : la compréhension d’un comportement mécanique macroscopique par une étude fine au cœurs des matériaux, à l’échelle même des dislocations. En effet, mon stage réalisé au CEA Saclay a eu pour objet d’essayer de comprendre les origines microscopiques du fluage d’irradiation. Il s’agit d’un comportement mécanique observé dans les cuves des réacteurs nucléaires, notamment au niveau des gaines en alliage de zirconium qui contiennent les pastilles d’uranium, qui se traduit par de a déformation plastique induite par l’irradiation pour des contraintes inférieures à la limite d’élasticité.
Cette étude a été réalisée suivant deux volets : une étude en microscopie électronique en transmission in situ sous irradiation aux ions permettant d’observer en temps réel le mécanismes élémentaires ayant lieu à l’échelle des dislocations sous irradiation, couplée d’une étude en dynamique moléculaire qui a permis de compléter les observations au microscope.

J’ai choisi ensuite de poursuivre mon stage de fin d’étude en thèse sous la direction de Yves Bréchet et de Fabien Onimus. Un premier article est en cours sur l’étude réalisée en dynamique moléculaire. En plus des deux volets étudiés lors du stage (microscopie électronique en transmission et dynamique moléculaire), cette thèse s’appuie également sur l’utilisation de techniques originales dites « Lab-on-chip », permettant de réaliser des essais micromécaniques sous irradiation, à travers une collaboration avec l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve.

tous les lauréats depuis 1984

2019Pierre GEORGES
Nargisse KHIARA
2018Valentin TANNIERES
2017Livia Raquel CUPERTINO MALHEIROS
2016Lisa BELKACEMI
2015Alexis FAURE
2014Fanny ROZIERE
2013Marielle ESCOT
2012Emma PIOZIN
2011Marie LOYER
2010Stéphane LAURENT
2009Flavie HUBERT
2008Didier LEUVREY
1999M. Patrick LEDUC
1998Armelle DANIELOU
1997Charlotte GAUTIER-PICARD
1996Matthieu KANDEL
1995Jean-Christophe HUBER
1994Joseph FARRE
1993Dominique MAIGNAN
1992Franck LALLART
1991Eric HESS
1990Pierre GEVERS
1989Thierry IUNG
1988Didier PERRIN
1987François DARY
1986Laurent SOSIN
1985Philippe BLIN
1984Pierre FRENTZEL