MEDAILLE JEAN ET ANDRÉ RIST (2)

Cette médaille est attribuée chaque année, à titre d’encouragement, à quatre jeunes* métallurgistes ou spécialistes de la science des matériaux qui se sont distingués par leurs travaux scientifiques ou appliqués.
Par décision unanime du Conseil de la SF2M, la médaille Jean Rist est renommée « Médaille Jean et André Rist » en accord avec la famille et en hommage à André Rist décédé le 9 mars 2021.
* (Moins de 35 ans au 31 décembre de l’année de la remise de la médaille)

LAURéATE 2021

Lucile DEZERALD

Maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine

Parcours

  • Depuis 2015 : Maîtresse de conférences à l’Institut Jean Lamour et Mines Nancy, Université de Lorraine
  • 2014-2015 : Post-doctorat au MIT (Boston, USA)
  • 2011-2014 : Doctorat au Service de Recherche en Métallurgie Physique (CEA Saclay)
  • 2011 : Diplôme d’ingénieur Génie Energétique et Nucléaire de Phelma, Grenoble

Lucile Dezerald a réalisé sa thèse au sein du Service de Recherche en Métallurgie Physique (SRMP) au CEA Saclay où elle a étudié les propriétés de cœur des dislocations vis dans les métaux de transition cubique centrés par calculs ab initio. Elle a ensuite approfondi ses compétences en réalisant un post-doctorat au MIT à Boston où elle a étudié l’influence de l’irradiation sur le ciment à l’échelle atomique par simulations en statique et dynamique ab initio. Actuellement maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine, elle enseigne à l’école Mines Nancy où elle est responsable de l’option Design d’Alliages Innovants du département Matériaux et chargée de mission à l’Egalité, Diversité, Inclusion. Elle effectue sa recherche à l’Institut Jean Lamour, dans l’équipe Microstructure et Contraintes du département de Sciences et Ingénierie des Matériaux et Métallurgie.

En plus de continuer à travailler avec le SRMP et l’ILM Lyon sur les propriétés de cœur de dislocations vis, Lucile a collaboré avec UCLA sur un couplage de simulations ab initio avec un code de Monte Carlo cinétique afin d’étudier l’effet Portevin-Le-Chatelier. Parmi ses projets en cours, elle étudie l’influence des défauts cristallins sur l’adsorption de molécules étendues en surface d’intermétalliques complexes, ainsi que la fusion solutale et l’amorphisation sous irradiation de combustibles nucléaires par dynamique moléculaire.

Elle a obtenu le prix Jacques Dalla Torre de la SF2M en 2015.