PRIX DALLA TORRE

Ce prix a été fondé en 2006 en souvenir de Jacques Dalla Torre, jeune physicien des matériaux ayant effectué un brillant parcours au sein du CNRS, des laboratoires Bell ou encore du CEA.

Il est attribué par la SF2M à un jeune chercheur méritant de cette discipline et est destiné à l’aider à compléter sa formation de thèse ou postdoctorale par un séjour à l’étranger auprès d’une personnalité de tout premier plan dans cette discipline.

Les thèmes retenus pour la sélection du prix portent sur des travaux relatifs à la modélisation, depuis l’échelle atomique jusqu’aux échelles supérieures, de la formation et de l’évolution cinétique des microstructures dans les matériaux aussi bien métalliques qu’isolants, domaine dans lequel avait travaillé Jacques Dalla Torre.

LAUREAT 2018

Paul EYMEOUD

Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence (IM2NP, UMR 7334).

Formation :

  • Doctorat en Matière Condensée et Nanosciences à Aix-Marseille Université (soutenance le 17/12/18). Travail effectué en partenariat entre l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN Cadarache), et le Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille (CINaM, UMR 7325).
  • Master Physique d’Aix-Marseille Université, spécialité Physique Théorique et Mathématique, Astrophysique et Physique des Particules (obtenu le 01/07/2015).

Travaux de recherche :
Mes premiers travaux de recherche ont porté, dans le cadre de deux stages de Master au Centre de Physique Théorique (CPT, UMR 7332), sur la modélisation des phénomènes de transport électrique et thermique dans les boîtes quantiques. Ces approches s’inscrivent dans le contexte des nanogénérateurs thermoélectriques à haut rendement, qui constitue un enjeu de développement durable (conversion des pertes thermiques en énergie électrique, par le biais de nano-dispositifs).

Je me suis ensuite engagé dans une thèse financée par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, portant sur la modélisation des phénomènes de mise en ordre et précipitation des hydrures de zirconium. Ce travail vient apporter des réponses à la problématique de sûreté nucléaire constituée par l’hydruration des gaines en Zircaloy des Réacteurs à Eau Pressurisée (à l’issue de leur oxydation par l’eau du circuit primaire de refroidissement), susceptible de conduire à une fragilisation du matériau.

Dans le cadre de ma thèse, j’ai développé un modèle énergétique innovant, à l’échelle atomique, fondé sur les interactions de paires effectives entre atomes d’hydrogène. Ce modèle a été construit par calcul perturbatif, à partir de la structure électronique des hydrures de zirconium, représentée dans l’approche des Liaisons Fortes. Il a permis, d’une part, de caractériser les phénomènes de mise en ordre des hydrures à basse température, puis d’implémenter des approches thermostatistiques pour l’étude de la précipitation à haute température.

Actuellement A.T.E.R à l’Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence (IM2NP, UMR 7334), je travaille sur la modélisation atomistique ab initio des transitions de phase dans les aciers.

tous les lauréats depuis 2008

2018Paul EYMÉOUDFrance
2017Maeva COTTURAUSA
2016Thomas SCHULERFrance
2015Lucile DEZERALDUSA
2014Pierre-Antoine GESLINFrance
2013Thomas GARNIERFrance
2012Jonathan AMODEOFrance
2010Sylvain PATINETFrance
2009Patrick GANSTERFrance
2008Thomas NOGARETUSA